TwitterFacebook

Karl Olive,
Maire de Poissy,
Vice-président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise
Vice-président du Conseil départemental des Yvelines

 

Monsieur le Ministre,

Madame la Conseillère régionale,

Monsieur le Conseiller général,

Mesdames et Messieurs les Elus,

Mesdames et Messieurs les Porte-Drapeaux,

Mesdames et Messieurs,

Chers Pisciacaises, Chers Pisciacais,

Il y a 69 ans, l’Allemagne hitlérienne capitulait. Le 8 mai 1945, un monde nouveau naissait de cette terrible épreuve, et sur les décombres de notre continent, des millions de gens, reprenaient espoir. L’histoire de ces héros, de nos héros, nous la connaissons tous. Le temps n’effacera jamais tout ce que nous leur devons, tout ce que notre Nation leur doit. Respect et admiration sont les maîtres mots pour ces femmes et hommes à qui notre pays rend hommage aujourd’hui. Les souvenirs qu’ils nous ont laissés raisonnent encore à notre mémoire. Ils racontent leur difficile vie ou plutôt survie, pour eux, pour leurs enfants, entre la faim, la peur, le froid et la menace des bombardements, les dénonciations, les arrestations. Vivre la guerre comme soldat est toujours une terrible expérience mais elle relève d’une histoire malheureusement millénaire. La vivre en tant que civil surtout en temps d’occupation, notre pays, nos concitoyens ne l’avait encore jamais vécu et ils ont du se faire brutalement avec cette terrible réalité.

Les guerres sont l’occasion pour certains de se révéler, en bien comme en mal. Ce temps souvent irréel est toujours le créateur de bouleversements dans nos vies. 69 ans ont passé. Mais notre devoir de mémoire est intact. Aujourd’hui encore à Poissy et dans toute la France, de nombreux anciens combattants, d’anciens résistants, continuent, auprès des jeunes générations, à raconter l’indicible afin que l’humanité, la fraternité, prennent à jamais le pas sur la folie meurtrière des hommes.En ce moment d’émotion, je voudrai, comme je l’ai déjà fait le 27 avril dernier lors de notre hommage aux déportés, saluer la mémoire de Marcel et Antoinette Loubeau, deux Pisciacais émérites qui ont courageusement permis, en 1943 à Poissy, l’évasion de Laja Zylberberg et de sa fille Rachel. Pour leur courage exemplaire, Marcel et Antoinette Loubeau ont été faits Justes parmi les Nations. Et je tiens aujourd’hui à saluer la présence du fils de Marcel et Antoinette Loubeau accompagné de sa famille. Ayons une pensée pour ces nombreux anonymes, qui, tout au long de la guerre, ont résisté, au péril de leur vie, de celle de leur famille, pour que leur Patrie, Notre Patrie, survive et redevienne le pays libre dans lequel nous avons la chance de vivre aujourd’hui. Leur exemple a toujours valeur d’actualité. Ils nous ont prouvé tout ce qu’une Nation, riche de son histoire et unissant ses forces, est capable de réaliser pour surmonter l’insurmontable. N’oublions pas les mots du Général de Gaulle dans ses Mémoires de Guerre: « Vieille France, accablée d’Histoire, meurtrie de guerres et de révolutions, allant et venant sans relâche de la grandeur au déclin, mais redressée, de siècle en siècle, par le génie du renouveau!

Vive Poissy, Vive la République , Vive la France !